top of page

L'entraînement croisé du Krav Maga et des arts martiaux



L'entraînement croisé du Krav Maga et des Arts Martiaux.

(article de Tsahi Shemesh traduit de l'anglais)



Quelle est la différence entre le Krav Maga et les arts martiaux, et pourquoi est-il important de commencer l'entraînement croisé une fois que l’on atteint un niveau intermédiaire ?


Pour répondre à cette question, il est important de clarifier d’abord ce qu’est le Krav Maga et quels sont les principaux objectifs du système.


L’objectif principal du Krav Maga est l’autodéfense.


Le but ultime de l’autodéfense est d’éliminer toute menace et de se désengager, et non de prolonger le combat ou de causer des dommages inutiles. En Krav Maga, nous recherchons une protection personnelle et visons à optimiser notre conscience, notre confiance, notre posture et nos capacités physiques. La raison étant, comme l’a dit Imi, « afin que l’on puisse marcher en paix ».


Le programme de Krav Maga se concentre sur des scénarios d'autodéfense réalistes, utilisant des compétences de base et minimisant les dégâts, tandis que des compétences de combat plus avancées proviendront d'un entraînement croisé supplémentaire.


L’énigme est la suivante :


plus vous maîtrisez les bases, moins vous aurez réellement besoin d’employer des techniques avancées.

Tout d’abord, la sensibilisation et le langage corporel avant le combat peuvent aider à dissuader les attaquants potentiels et à réduire la probabilité d’être choisi comme cible ; en évitant de vous présenter comme une victime et une cible parfaite. Si la dissuasion échoue, nous devons compter sur notre formation pour réagir sans crainte.


Toutes les techniques de Krav Maga sont basées sur la « contre-attaque surprise ». Tout simplement parce qu’exposer vos plans donnera à votre adversaire le temps de concevoir un meilleur plan.

Naturellement, si vous n’avez pas initié le combat, vous serez toujours en mesure de rattraper votre retard et vous ne contrôlerez pas ce qui se passe.

N’oubliez pas que nous devons toujours supposer que nous sommes gravement désavantagés. Si nous agissons de bonne foi, nous ne cherchons pas à créer des ennuis. Cela laisse à l’attaquant l’avantage de choisir qui, quand, où et comment l’attaque va se dérouler.


Nous devons constamment analyser notre situation avant qu’elle ne se transforme en combat – en évaluant les menaces et en prenant des mesures pour les prévenir. Lorsque nous devons nous battre, notre familiarité avec les possibilités auxquelles l'entraînement nous a préparés entre en jeu, nous permettant de réagir rapidement et non aveuglément ou sous le choc.


Notre formation nous apprend à associer l’offensive – à la défense, et à rendre le temps entre ces deux forces très court. Nos réponses peuvent alors devenir efficaces dans un combat réel lorsque nous réagissons avec force vers des cibles vulnérables comme les yeux, l'aine, les genoux, etc. Mais nous ne faisons pas de mal si nous n'y sommes pas obligés. L’idée est de toujours se dégager rapidement pour ne pas se blesser non plus.


Dans les combats compétitifs et les combats sportifs, les adversaires permettent un échange, et il y a aussi un arbitre qui veille à ce que personne ne meure à la fin.


Alors, un combattant compétitif serait-il capable de survivre à un VRAI combat ?

Entraîné correctement, je dirais que oui. Ils sont expérimentés dans l’échange de coups, dans le contrôle d’un autre corps et à l’aise dans l’inconfort qu’implique le combat. La bonne question est la suivante :

Les combattants compétitifs agiraient-ils en légitime défense ? Ce que je veux dire par là, c’est : réagiraient-ils avec proportion et ne causeraient aucun mal, ou les dégâts minimes nécessaires pour pouvoir partir en toute sécurité ?


Vous devenez ce que vous faites. Il est donc important d’entraîner votre corps et votre esprit à accepter que la « victoire » se produit lorsque vous pouvez partir en toute sécurité, même si votre ego est blessé.


Avant de devenir compétitif, chaque art et style de combat a été créé dans le but de sauver des vies et de faire face aux menaces spécifiques présentées à l'époque et dans la région où l'art martial a été inventé. Habituellement, chaque style de combat possède un aspect du combat, comme le combat au sol (Jiu Jitsu brésilien), les coups de pied (Taekwondo) ou les coups de poing (Boxe).


Les arts liés au combat au sol offrent des connaissances et des techniques précieuses qui peuvent compléter toute formation d'autodéfense. Apprendre à être à l'aise au sol tout en prenant le contrôle, en gardant sa respiration régulière et en préservant son énergie en combat très rapproché est une grande compétence.


Lorsque vous explorez l'art de la boxe, vous apprenez à lancer des frappes habiles avec le haut de votre corps, à améliorer vos capacités de mouvement et à être léger sur vos pieds. Les meilleurs combattants, si vous le remarquez, sont en fait très souples dans leurs mouvements et ne sont ni raides ni rigides.


Les arts martiaux sont comme des langages différents, chacun avec sa propre façon d’exprimer la même chose. Chaque style artistique reflète des différences de culture et de valeurs, et même la « conversation » entre les corps. Et leur étude mettra en évidence différentes stratégies et domaines cibles, offrant ainsi des informations précieuses.


Quand devez-vous commencer l'entraînement croisé ?

L’entraînement croisé aux arts martiaux, c’est comme apprendre de nouvelles langues.

Il est important d’être conscient des pièges potentiels de la formation croisée. Si vous essayez d’apprendre trop d’arts différents à la fois ou trop tôt, vous risquez de devenir confus et submergé par la surcharge d’informations. Si vous n’y faites pas attention, vous pourriez même développer de mauvaises habitudes ou des blessures inattendues.

Vous devez donc d’abord construire une base solide dans un style artistique. Cela signifie apprendre les techniques de base et comprendre les principes sous-jacents. Une fois que vous disposez d’une base solide, vous pouvez commencer à explorer d’autres arts qui complètent au mieux vos compétences existantes et croissantes. Soyez patient et pratiquez lentement et régulièrement.


Comment l'entraînement croisé dans plusieurs arts martiaux améliore les perspectives et approfondit la compréhension :


1-Diversifie votre point de vue !

L’entraînement dans différents styles vous expose à différentes manières d’aborder un combat. Certains arts servent de contrepoids parfaits à d’autres, prenons comme exemple la boxe et le BJJ. Si vous êtes un grappler et que vous ne pensez qu'à emmener votre adversaire au sol, mais que votre partenaire d'entraînement résiste aux retraits, vous n'avez plus rien avec quoi travailler. Et bien sûr, vice versa : être un bon striker ne suffira pas si vous vous retrouvez inopinément au sol.


2- Améliore la condition physique et l'endurance !

La variété des types de mouvements et des méthodes d’entraînement peut contribuer à améliorer la force, l’endurance, la flexibilité et la coordination globales. Cela peut améliorer les performances dans votre métier principal et enrichir d’autres domaines de votre vie. En vous mettant au défi de faire quelque chose de différent, vous apprenez à penser alternativement, contribuant ainsi à améliorer vos compétences et votre confiance.


3- La neuroplasticité en action !

La neuroplasticité est la capacité remarquable du cerveau à se réorganiser dynamiquement en réponse à l’expérience et à l’apprentissage d’une personne. La transition entre différents arts martiaux provoque la neuroplasticité, remodelant votre cerveau en fonction de plusieurs mouvements, techniques et stratégies. Des études confirment que de telles expériences déclenchent des changements dans les voies neuronales, renforçant les connexions liées aux capacités motrices, à la prise de décision et à la perception sensorielle.


En termes simples, aucun style de combat ne possède toutes les réponses. Chaque style vise à résoudre un aspect spécifique du combat. Une fois que vous êtes devenu assez bon dans un style, ouvrez-vous à un autre style pour devenir un combattant plus polyvalent et plus équilibré. Et soyez si bon que vous puissiez vous entraîner sans blesser les autres, ni vous-même.


La maîtrise est un grand objectif, mais cela arrive avant que vous vous en rendiez compte. Lorsque vous pratiquez quelque chose suffisamment de fois, vous le devenez.


Vous devenez ce que vous faites. À un moment donné, cela définira non seulement vos compétences, mais aussi qui vous êtes.

Commentaires


bottom of page